Chansons dégoulinantes et poèmes acculés au pied du mur : Un spectacle multidisciplinaire d’Hélène Matte
Chansons dégoulinantes et poèmes acculés au pied du mur : Un spectacle multidisciplinaire d’Hélène Matte

Chansons dégoulinantes et poèmes acculés au pied du mur : Un spectacle multidisciplinaire d’Hélène Matte

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail to someoneGoogle+Share on RedditShare on StumbleUpon

à Rouje, 228, St-Joseph Est
le vendredi 27 mai à 22h30
8 $ ou 5$ avec médaille de la Manif

Le 27 mai Chez Diogène, cabaret cynique à Rouje, sera présenté le spectacle littéraire Chansons dégoulinantes et poèmes acculés au pied du mur combinant poésie, électroacoustique, vidéo, installation et performance. La pratique plurielle de l’auteure et interprète du projet, Hélène Matte, se nourrit de diverses disciplines en plus de favoriser la collaboration d’autres jeunes artistes. Dans un univers à la fois intimiste et burlesque conçu en collaboration avec l’artiste en arts visuels Julie Picard, Hélène Matte sera accompagnée sur scène de Julie Pichette (danse et performance), de Félix-Antoine Bérubé et Simon Elmaleh (son électroacoustique) et de Marco Dubé (vidéo).

Chansons dégoulinantes et poèmes acculés au pied du mur est protéiforme, sa matière première est une série de textes poétiques ayant comme thématiques l’amour, la mort, la politique et le quotidien. Comme l’indique leur titre ces textes comportent deux dimensions. Les Chansons dégoulinantes sont plus classiques par leurs formes et leurs thèmes sentimentaux. Chansonnettes ou mélopées, elles versent dans la parodie du mal d’amour ou de la sensiblerie féminine, elles sont “ parodisiaques ‘. Les Chansons dégoulinantes concernent l’espace privé. Par leur rapport à l’intériorité, elles frôlent le monde du rêve. Quant à eux, les poèmes acculés au pied du mur s’intéressent à l’espace public, ils supposent l’utopie. Textes de critiques sociales, ils s’articulent dans la parole. Les Chansons dégoulinantes et poèmes acculés au pied du mur revendiquent et dénoncent mais, au-delà de l’idéologie, ils ont le caractère d’un aveu : celui du temps, de la fragilité et du corps.

Présenté une première fois à Québec à l’automne 2003 lors du lancement d’un disque portant le même nom, Chansons dégoulinantes et poèmes acculés au pied du mur a participé à deux festivals en mars 2004, soit Signal and Noise (Vancouver) et Vue sur la Relève (Montréal).

-30-

Informations :
Catherine Boivin : relations de presse / Geneviève Pelletier : agente de communications
(418) 524-1917

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail to someoneGoogle+Share on RedditShare on StumbleUpon