Art postal [2003]
Art postal [2003]

Art postal [2003]

COMPLÉTEMENT TIMBRÉ !

Présentée à Québec dans le cadre de la Manif d’art 2, du 22 avril au 18 mai 2003, à la bibliothèque Gabrielle-Roy, l’exposition internationale Complètement timbré! fut réalisée en collaboration avec l’Institut Canadien de Québec et Jean-Claude Gagnon du Collectif Réparation de Poésie (1).

L’exposition regroupait les productions de plus de 300 artistes de provenances et d’horizons divers : Afrique, Allemagne, Australie, Brésil, Canada, Espagne, France, Italie, Portugal, et bien plus. En tout, des artistes de 38 pays ont répondu à l’appel. Les œuvres conçues en rapport avec le thème « Bonheur et simulacres », empruntaient la forme de carte postale (4 x 6) et prenaient l’allure de timbres d’artistes, de poésie visuelle, de collages, de travail informatique, d’œuvres graphiques, de photographies, et de peintures. Le public et les réseaux scolaires étaient invités à venir réaliser sur place des œuvres d’art postal et les afficher dans le hall de l’exposition.

(1) Le collectif Réparation de Poésie est un organisme sans but lucratif qui œuvre depuis 1986. Son mandat est de créer des liens entre la poésie et les arts visuels et d’implanter l’art postal international à Québec et en régions. Pour atteindre ces buts, il organise tous les deux ans un événement majeur (événement Réparation de Poésie) avec ses volets exposition et performance, ses ateliers « poésie nature en régions », à l’occasion desquels la nature est confrontée à la poésie.

Accéder aux cartes postales >

L’ART POSTAL ET SES ORIGINES

Les liens que le milieu des arts a tissés avec celui de la poste ne date pas d’hier. En effet, plusieurs artistes ont eu recours à la poste pour diffuser leurs œuvres.

Entre la poste et l’art, il y a une étroite complicité. On se souvient des adresses en forme de quatrains que Mallarmé écrivait sur ses enveloppes. Avec Chaissac, Picasso, Matisse, Léger, Braque et bien d’autres artistes qui décoraient leurs missives, la lettre elle-même devient un support de la création artistique. Cette seconde nature donnée à la lettre, on la doit aux Dadaïstes et Futuristes qui, dans les années vingt, échangent des envois poétiques, des collages, des lettres dont l’adresse était rédigée sous forme de rébus. Héritiers de ces courants artistiques et en butte à l’art officiel des galeries, des créateurs, dans les années soixante, utilisent l’institution postale comme moyen de diffusion de leurs œuvres. Ainsi, des enveloppes décorées de tampons, des vignettes personnalisées ainsi que des objets insolites voyagent par la poste. Plus qu’un moyen de faire de l’art, le « mail art » est un vecteur de communication. à côté de cette expression artistique à laquelle la poste, malgré elle, participe, des artistes ont puisé dans le registre postal pour y trouver leur inspiration.