Prix Paul-émile Borduas [2002]
Prix Paul-émile Borduas [2002]

Prix Paul-émile Borduas [2002]

LE PRIX PAUL-ÉMILE BORDUAS 2002

En 2003, Manif d’art devenait responsable de la circulation, au Québec, de l’exposition des œuvres du récipiendaire du Prix Paul-émile-Borduas. Depuis 2000, le Centre culturel Yvonne L. Bombardier (Fondation J. Armand Bombardier) produisait et présentait en grande première l’exposition du lauréat de ce prix. Le mandat de Manif d’art consistait alors à reprendre l’exposition et la mettre en circulation au Québec. Depuis 2006, l’organisme assure la production de l’exposition, le centre culturel ayant dû se désister de cette tâche.

Prix national du Québec en arts visuels, le Prix Paul-émile-Borduas est la plus haute distinction décernée chaque année par le gouvernement du Québec en reconnaissance d’une carrière remarquable dans le domaine artistique et culturel. L’organisme œuvre fièrement à son engagement envers l’institution du Prix Paul-émile-Borduas, le projet de circulation étant une belle occasion de faire acte pédagogique en présentant les créations des artistes québécois contemporains.

Manif d’art collabore avec la coopérative Méduse afin de présenter l’exposition du récipiendaire du prestigieux prix. L’organisme veille également à faire circuler ces expositions en divers points névralgiques du Québec afin d’assurer une diffusion à grande échelle. Cela ajoute au prestige de ce prix trop peu connu et célébré.

RÉCIPIENDAIRE 2002 : JOCELYNE ALLOUCHERIE

L’EXPOSITION MONUMENTS DU FUNAMBULE

Coopérative Méduse, du 23 juin au 15 août 2004
Centre d’exposition de l’Université de Montréal, du 10 mars au 7 avril 2005

Jocelyne Alloucherie présentait dans cette exposition des installations de sculptures, des photographies et des impressions sur nylon. Ses Monuments du funambule se souviennent à la manière bien personnelle de l’artiste, tout allusive et pudique, des « événements du 11 septembre » à New York où elle était en résidence, de juin 2002 à janvier 2003, au studio de Québec.

Jocelyne Alloucherie, fascinée par l’exploration des différents rapports entre la fixité et la mouvance, crée des œuvres ne se limitant pas aux frontières séparant les diverses disciplines ; elle s’approprie en effet, des éléments appartenant autant à la sculpture qu’à la photographie. Par ses œuvres, elle met en scène des masses monumentales, des cadres surdimensionnés voisinant les pièces photographiques, montrant la découpe d’éléments végétaux et la découpe architecturale des pièces.

Cette exposition, produite par la Centre culturel Yvonne L. Bombardier a été supervisée par le commissaire Sylvain Campeau. Une publication, Glissements, également dirigée par Monsieur Campeau, a été réalisée pour accompagner l’exposition. Monuments du funambule a également présenté du 16 novembre 2003 au 22 février 2004 au Centre culturel Yvonne L. Bombardier à Valcourt et du 10 mars au 7 avril 2005 au Centre d’exposition de l’Université de Montréal dans le cadre du projet de circulation du Prix Paul-émile-Borduas.

L’ARTISTE JOCELYNE ALLOUCHERIE

Jocelyne Alloucherie vit et travaille à Montréal. En 1973, elle présentait sa première exposition personnelle au Musée national des beaux-arts du Québec. Ses œuvres sont ensuite présentées dans de nombreuses expositions individuelles et collectives. Peu à peu, les projets à l’étranger et les prix qu’elle remporte, dont le Prix du Gouverneur général en arts visuels du Canada, se multiplient et font d’elle une artiste reconnue internationalement. Son travail a fait l’objet d’expositions d’envergure telle qu’à l’Ambassade du Canada à Tokyo, qu’à la 3e Biennale internationale de la photographie et des arts visuels de Liège, qu’au Musée Canadien de la Photographie Contemporaine d’Ottawa et qu’au Centre d’art contemporain Zamek Ujazdowski de Varsovie. Elle a été remarquée plus récemment pour son exposition Pièges à Tarragon en Espagne et pour sa participation à Confluence à la London Art Gallery. Les œuvres de Jocelyne Alloucherie font partie des collections publiques de plusieurs pays comme les états-Unis, la Suisse, l’Italie et la France. Jocelyne Alloucherie est représentée par la Galerie Miller-Geisler à New York, la Galerie Françoise Paviot à Paris et la Galerie Roger Bellemare à Montréal.

LE COMMISSAIRE SYLVAIN CAMPEAU

Docteur en littérature française, Sylvain Campeau a collaboré à de nombreuses revues, tant canadiennes qu’européennes ( ETC Montréal, CV Photo, Parachute, PhotoVision et Papel Alpha ). Il a aussi à son actif, en qualité de commissaire, une trentaine d’expositions, présentées tant au Canada qu’à l’étranger, dont l’exposition de groupe Flambant vu. Corps, spectacles, présentée en septembre 2001 à la Galerie Séquence à Saguenay et en septembre 2003 à Toronto à la Gallery 44, dans le cadre de la Biennale internationale d’art vidéographique de Toronto tranz « —- » tech et Le Cadre, la scène, le site, un panorama sur la photographie québécoise des 20 dernières années ( en collaboration avec Mona Hakim ) en tournée au Mexique. Poète, il est l’auteur de 3 recueils de poésie, d’un essai sur la photographie ( Chambres obscures. Photographie et installation, Trois, 1995 ) et d’une anthologie de poètes québécois.