Archives par mot-clé : brésil

Biennale Ventosul, Brésil [2009]

DU 8 AOÛT AU 11 OCTOBRE 2009
Grâce à la collaboration de Manif d’art, le québécois Jean-Yves Vigneau a présenté une œuvre dans le cadre de la cinquième édition de VentoSul, une biennale brésilienne en arts visuels actuels. L’équation de l’eau (A equação de água), une œuvre résultant d’une quête de la représentation de l’eau, était exposée en grande primeur du 8 août au 11 octobre 2009 à l’Opera de Arama dans la ville de Curitiba au Brésil. L’œuvre s’inscrivait à la programmation de l’événement brésilien qui comprenait, pour cette année, les productions d’une centaine d’artistes originaires de 29 pays.Aussi, dans la foulée de VentoSul, Pascale Bureau, qui œuvre pour Manif d’art, a tenu une conférence sur Manif d’art, la biennale de Québec. Inscrite dans les activités de la biennale, la conférence fut présentée le jeudi 6 août 2009 à 17 h 30 au Paço da Liberdade dans la ville de Curitiba au Brésil.

L’ÉQUATION DE L’EAU, 2009
Jean-Yves Vigneau
Installation
l’Ópera de Arame, Curitiba

L’équation de l’eau (A equação de água) aborde à sa façon le titre proposé pour cette cinquième édition de VentoSul : « Agua Grande : Os Mapas Alterados». L’artiste y dresse une « représentation mentale de l’eau, à l’allure scientifique, apparemment dépourvue d’émotion, comme le ferait une carte ou un plan. Mais, loin d’une formule aride, L’équation de l’eau posée sur le lac où se mire l’opéra de Curitiba devient un écran ou un miroir où chacun peut lire ses propres réflexions. Elle s’enrobe de poésie et de référence artistique en s’allongeant en bas du pont comme les nénuphars de Monet dans Le bassin des nymphées (Water Lily Pond) ».

Né aux îles-de-la-Madeleine, Jean-Yves Vigneau a étudié en arts à l’Université de Moncton et à l’université du Québec à Montréal. Il se définit d’abord comme un sculpteur, mais sa pratique fait appel à l’in situ, l’installation, la vidéo ainsi qu’au dessin et à la photographie. Le paysage et la culture insulaires ont formé son regard sur le monde et continuent d’agir comme trame de fond de sa pratique artistique. Récipiendaire de plusieurs bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada, Jean-Yves Vigneau a présenté de nombreuses expositions solo et participé à plusieurs symposiums en plus de réaliser une bonne douzaine d’œuvres publiques permanentes.

Art postal [2003]

COMPLÉTEMENT TIMBRÉ !

Présentée à Québec dans le cadre de la Manif d’art 2, du 22 avril au 18 mai 2003, à la bibliothèque Gabrielle-Roy, l’exposition internationale Complètement timbré! fut réalisée en collaboration avec l’Institut Canadien de Québec et Jean-Claude Gagnon du Collectif Réparation de Poésie (1).

L’exposition regroupait les productions de plus de 300 artistes de provenances et d’horizons divers : Afrique, Allemagne, Australie, Brésil, Canada, Espagne, France, Italie, Portugal, et bien plus. En tout, des artistes de 38 pays ont répondu à l’appel. Les œuvres conçues en rapport avec le thème « Bonheur et simulacres », empruntaient la forme de carte postale (4 x 6) et prenaient l’allure de timbres d’artistes, de poésie visuelle, de collages, de travail informatique, d’œuvres graphiques, de photographies, et de peintures. Le public et les réseaux scolaires étaient invités à venir réaliser sur place des œuvres d’art postal et les afficher dans le hall de l’exposition.

(1) Le collectif Réparation de Poésie est un organisme sans but lucratif qui œuvre depuis 1986. Son mandat est de créer des liens entre la poésie et les arts visuels et d’implanter l’art postal international à Québec et en régions. Pour atteindre ces buts, il organise tous les deux ans un événement majeur (événement Réparation de Poésie) avec ses volets exposition et performance, ses ateliers « poésie nature en régions », à l’occasion desquels la nature est confrontée à la poésie.

Accéder aux cartes postales >

L’ART POSTAL ET SES ORIGINES

Les liens que le milieu des arts a tissés avec celui de la poste ne date pas d’hier. En effet, plusieurs artistes ont eu recours à la poste pour diffuser leurs œuvres.

Entre la poste et l’art, il y a une étroite complicité. On se souvient des adresses en forme de quatrains que Mallarmé écrivait sur ses enveloppes. Avec Chaissac, Picasso, Matisse, Léger, Braque et bien d’autres artistes qui décoraient leurs missives, la lettre elle-même devient un support de la création artistique. Cette seconde nature donnée à la lettre, on la doit aux Dadaïstes et Futuristes qui, dans les années vingt, échangent des envois poétiques, des collages, des lettres dont l’adresse était rédigée sous forme de rébus. Héritiers de ces courants artistiques et en butte à l’art officiel des galeries, des créateurs, dans les années soixante, utilisent l’institution postale comme moyen de diffusion de leurs œuvres. Ainsi, des enveloppes décorées de tampons, des vignettes personnalisées ainsi que des objets insolites voyagent par la poste. Plus qu’un moyen de faire de l’art, le « mail art » est un vecteur de communication. à côté de cette expression artistique à laquelle la poste, malgré elle, participe, des artistes ont puisé dans le registre postal pour y trouver leur inspiration.

Exposition de l’artiste Annie Baillargeon à la galerie Banque Nationale Groupe Financier du Palais Montcalm du 17 janvier au 13 mars 2011

Du 17 janvier au 13 mars, l’artiste Annie Baillargeon présentera son exposition Gymnastique signalétique à la Galerie Banque Nationale Groupe financier du Palais Montcalm. Cette exposition est présentée en collaboration avec Manifestation internationale d’art de Québec.
Annie Baillargeon est une artiste qui vit et travaille à Québec. Elle œuvre dans le domaine des arts visuels depuis bientôt 8 ans. Son action englobe la photographie, l’installation, la vidéo et la performance. Elle est membre et cofondatrice du collectif multidisciplinaire Les Fermières Obsédées, dont les performances et les manœuvres insufflent depuis 2001 une indiscipline au genre de l’art action.

Parallèlement, elle développe un travail en solo qui se situe à la croisée des genres et des médiums, principalement axé sur l’utilisation du corps comme véhicule de questionnement sur les enjeux existentiels de l’individu. Au nombre de ses expositions solos, dans les centres d’artistes du Québec et du Canada, on compte L’Œil de poisson et le Centre VU de Québec, Espace F de Matane, la Galerie Séquence de Saguenay et la Galerie 44 de Toronto. Elle a participé aux expositions collectives L’envers des apparences au Musée d’art contemporain de Montréal, C’est arrivé près de chez vous au Musée national des beaux-arts de Québec et The constructed images du festival Contact image à Toronto et tout récemment à la biennale de Liverpool. Son travail a également été présenté au pays de Galles, au Brésil, en Pologne, enIrlande, en Australie, en équateur et en France.

Thématique : Gymnastique signalétique Exposition : du 17 janvier au 13 mars 2011 Palais Montcalm 995, Place d’Youville, Québec, G1R 3P1 Heures d’ouverture : ouverte au public uniquement lors de la tenue d’événements au Palais Montcalm
Information : 418 641-6040

-30-

Source :
Chantal Bourque Coordonnatrice aux communications Palais Montcalm 418 641-6220 poste 2607
chantal.bourque@palaismontcalm.ca

Pour information :
France Gagnon Adjointe à la direction générale Palais Montcalm 418 641-6220 poste 2616
france.gagnon@palaismontcalm.ca

Manifestation internationale d’art de Québec remercie ses partenaires et ses collaborateurs

L’organisme Manifestation internationale d’art de Québec est heureux de souligner la participation des nombreux partenaires et collaborateurs de la Manif d’art qui ont contribué à faire de cette cinquième biennale de Québec, un succès inégalé.

C’est du 1er mai au 13 juin 2010 que la Manif d’art 5 ralliait de nombreux acteurs privés et publics qui, par leur collaboration artistique, professionnelle, matérielle ou financière, ont entrainé la biennale sur la voie de la distinction.

Les organisateurs de l’événement tiennent à exprimer leur gratitude à tous ceux et celles qui, à titre de collaborateurs, ont pris part à la programmation en accueillant un ou des artistes de la Manif d’art 5 :

Avatar
Centre d’artistes Regart
Folie/Culture
Galerie des arts visuels
Le Lieu
La Bande Vidéo
LA CHAMBRE BLANCHE
L’Œil de Poisson
MATERIA
Musée de la civilisation
VU

Ce merci est également destiné à divers acteurs du milieu des arts qui ont su enrichir la programmation :

Accident/Off Manif
Antitube
Atelier 401 – André Du Bois
CKRL – 89,1 FM
Galerie Morgan Bridge
Galerie Tzara
L’Institut Canadien de Québec, Présence sud-américaine
Bibliothèque Collège-des-Jésuites
Bibliothèque Gabrielle-Roy
Bibliothèque Saint-Jean-Baptiste
Inter, arts actuels
Jump Ship Rat
(Liverpool, Angleterre)
L’AutocART des arts visuels et son exposition Sauve qui peut!
Le Cercle
La Rotonde
Regroupement des artistes en arts visuels de Québec
Studio Galerie Bécot

Manifestation internationale d’art de Québec remercie enfin :

Ses partenaires internationaux

British Council (Visiting arts)
Consulat général de France à Québec
Jump Ship Rat
(Liverpool, Angleterre)
Liverpool Biennial
(Liverpool, Angleterre)
VentoSul Biennial
(Curitiba, Brésil)

Ses partenaires publics

Bureau de la Capitale-Nationale
Commission de la capitale nationale du Québec
Conseil des Arts du Canada
Conseil des arts et des lettres du Québec
Délégation générale du Québec à Atlanta
Délégation générale du Québec à Boston
Délégation générale du Québec à New York
Emploi-Québec
Entente de développement culturel entre le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine et la Ville de Québec
Entente entre la conférence régionale des élus de la Capitale-Nationale de Québec et le Conseil des arts et des lettres du Québec
Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine
Ministère des Relations internationales
Office du tourisme de Québec
Office franco-québécois pour la jeunesse
Office Québec-Amériques pour la jeunesse
Patrimoine canadien
Québec Horizon Culture
Ville de Québec

Ses partenaires médias

Border Crossings Magazine
CHYZ  94,3 FM
CKRL 89,1 FM
CMagazine
Fuse Magazine

Hebdomadaire Voir
Inter, art actuel
La Télévision Radio-Canada
Le Soleil
Magazine Ciel Variable
Magazine ESPACE SCULPTURE
Magazine esse arts + opinions
Québec Scope

Ses partenaires privés

Alex Coulombe ltée
Art Solution
Best Western
Espace Bell, Place Fleur-de-Lys
Espace GM
Festival d’été de Québec
La Bande Vidéo
La Boîte à Pain
Le Centre Morrin
Le Cercle
Les Brasseurs du Nord
Quoi Faire à Québec
Société immobilière de l’Université du Québec
Voyages Campus
Voyages en Liberté

Dernière semaine pour la Manif d’art 5

La biennale de Québec se terminant ce dimanche, il ne reste que cinq jours pour profiter de certaines expositions et activités offertes dans les quartiers centraux de la ville de Québec et à Lévis. Parce que certaines œuvres seront éminemment démantelées, il devient pressant d’assister à la Manif d’art 5 afin de voir ou de revoir les joyaux de la programmation, parmi lesquelles plusieurs pièces inédites.

 

Quinze artistes incontournables à Place Québec

880, avenue Honoré-Mercier

 

Que ce soit par l’installation de Brendan Fernandes finaliste du Sobey Art Award 2010, par l’incontournable Mourir Enfin du duo québécois Cooke-Sasseville, par la machine à sang de Daniel Joseph Martinez, par les fresques géantes de la jeune québécoise Amélie Laurence Fortin, par les scènes avant/après d’une orgie gaie de Christodoulos Panayiotou ou par les multiples univers où la catastrophe se fait omniprésente, Place Québec est sans contredit un incontournable de l’événement.

« Quant à l’installation Mourir Enfin ! du duo Cooke-Sasseville, elle a rejoint et même dépassé nos attentes, devenant l’une des œuvres phares de cette biennale. » S. Hudon, Voir Québec

 

“As a native New Yorker, I have to say that the most remarkable aspect of the Biennial was the use of space, the primary location being in a (mostly) abandoned shopping mall in the city center. The combination of deserted or bankrupt stores, retro details (complete with kitsch signage and columns that looked like disco balls), the faint smell of Chinese food, and wide hallways with low-hanging fluorescent fixtures lent itself to the installation more than I could have expected.’ Jarrett Gregory, Curatorial Associate, NEW MUSEUM

Toujours dans les lieux centraux de la Manif d’art 5, l’œuvre filmique de Johan Grimonprez, présentée au 735 rue Saint-Joseph Est, constitue l’un des projets phares de cette cinquième biennale de Québec. L’horaire des visionnements est disponible au www.manifdart.org. Récipiendaire du prestigieux Guggenheim Fellowship, l’artiste Michael Jones McKean présente également une installation en ce même lieu.

 

Les collaborateurs

 

Des douze collaborateurs à la programmation, sept ont toujours des expositions en cours. La Bande Vidéo, L’œil de Poisson, VU, La Chambre Blanche, le Centre d’artistes Regart, le Musée de la Civilisation et Le Lieu présentent, à ce jour encore et jusqu’à dimanche, la vision catastrophique d’artistes de disciplines variées. Le public est invité à parcourir la ville à la recherche de drapeaux roses indiquant les lieux d’exposition.

« Difficile de savoir où donner de la tête : l’art actuel est partout !! Dans tous les recoins et dans les lieux les plus surprenants, des œuvres ont littéralement envahi Québec. » Nadia Ross, Le Soleil

 

Œuvres extérieures

 

L’œuvre La Chambre Claire/Dommages causés, de l’artiste québécois Patrick Altman, qui a investit la cour de la Maison Henry-Stuart et qui consiste en un poétique projet photographique, impose un détour. Et, dans la veine des projets extérieurs à ne pas manquer, l’installation du duo d’artistes québécois Doyon/Demers qui réussi plus qu’adroitement à faire expérimenter le vide par ses conteneurs maritimes accostés tout près du Marché du Vieux-Port. Il importe également de passer à la place de l’Assemblée-Nationale pour voir l’audacieuse structure lumineuse de l’artiste français Laurent Grasso.

« [M]es coups de cœur de la fin de semaine vont majoritairement, et sans parti pris, à des artistes québécois […] Mais comment pourrait-on résister à l’installation monumentale Plan B du duo Doyon-Demers? » Nadia Ross, Le Soleil

 

Activités satellites

 

Parmi les multiples activités satellites offertes, quelques-unes sont toujours à l’horaire. Jusqu’au dimanche 13 juin, la Galerie Tzara présente Jump Ship Rat et Clerverson Luiz Salvaro, l’AutocART des arts visuels invite la population à visiter son exposition Sauve qui peut ! et à participer à ses ateliers de création tandis que l’Institut Canadien de Québec s’associe à la Manif d’art 5 pour présenter des artistes de nationalité mexicaine et brésilienne dans diverses bibliothèques.

« La Manif d’art 5, et son intitulé Catastrophe? Quelle catastrophe!, s’avère une des meilleures en dix ans. » Jérôme Delgado, Le Devoir

« [D]es œuvres magnifiques consacrées à la question Catastrophe ? Quelle catastrophe ! […] des œuvres qui dérangent et qui questionnent […] ça vaut le détour ! » Anne-Josée Cameron, Première Chaîne de Radio-Canada

 

Notez que la Manif d’art 5 se poursuit jusqu’au 13 juin 2010 dans plusieurs lieux intérieurs et extérieurs de la ville de Québec et à Lévis. Tous sont invités à se procurer le laissez-passer simple ou double aux coûts respectifs de 12 $ et de 18 $. Ces derniers sont en vente à Place Québec (880, avenue Honoré-Mercier), au 735, rue Saint-Joseph Est, à la Bibliothèque Gabrielle-Roy et chez divers collaborateurs à la programmation. Pour plus de renseignements, prière de consulter le www.manifdart.org.