Exposition collective

L’Œil de Poisson présente une exposition collective dans le cadre de Manif d’art 10.

Dario Robleto

The Minor Chords Are Ours

Frances Trombly

Loose Canvas with Pink Embroidery, 2016 Handwoven cotton and hand-embroidered, hand-dyed silk

Xu Bing

Background story : Peach Blossom Valley, 2020, installation sculpturale.

Kaz Oshiro

Three Steel Beams, 2016, installation.

Jonathan Allen

Tommy Angel #16, 2006.

DARIO ROBLETO

Sculptures.

Dario Robleto amasse des artefacts d’une forte teneur symbolique et les soumet à des transformations alchimiques en les fusionnant à d’autres matériaux chargés de sens, qu’il manipule pour les refaçonner en nouveaux objets.

FRANCES TROMBLY

Oeuvres textiles.

C’est par le tissage et la broderie que Frances Trombly réalise des imitations d’objets ordinaires issus de la production de masse et qu’on a tendance à négliger. À première vue, ses objets méticuleusement confectionnés pourraient passer pour des ready-made simplement déposés en galerie. Un examen plus attentif révèle qu’il s’agit en fait de simulacres infiniment détaillés résultant d’un labeur de longue haleine. Par ce jeu de mimétisme fallacieux, l’artiste aborde les relations que nous entretenons avec les objets anodins qui habitent le quotidien.

JONATHAN ALLEN

Installations et affiche.

Une centaine de « billets de banque magiques » sont disposés sur les étagères d’une vitrine murale dans la petite galerie de l’Œil de Poisson. Ces archives ésotériques, qui prospéraient chez les prestidigitateurs d’autrefois, occupaient une double fonction : accessoires pour les tours de magie, elles contribuaient également à la dissémination de leur autopromotion. En plein âge d’or de l’illusionnisme théâtral, aux 19e et 20e siècles, les magiciens en quête de reconnaissance produisaient des espèces de ce type, à leur image. Simulacres de véritables billets, ces documents éphémères en reprennent les codes visuels et ornementaux. Avec leurs éléments dessinés à la main, leurs effigies à l’image des performeurs et leurs inscriptions décalées, ils parodient le langage des institutions bancaires. On peut y lire des canulars en référence à l’univers de la finance tels que les « United Snakes of America », ou encore la « Bank of Neverpay ».

KAZ OSHIRO

Three Steel Beams, 2016, installation.

Three Steel Beams reproduit un amas de poutres d’acier au détail près, allant même jusqu’à leurs traces d’usure subtiles. Le faux ready-made renvoie ici à un objet emblématique de la modernité industrielle, sorte de clin d’œil aux fondements théoriques de la démarche d’Oshiro. À la croisée du modernisme pictural et de l’art conceptuel, il interroge l’essence même de l’œuvre d’art en plus de cultiver un intérêt pour l’histoire de la représentation et de sa reproductibilité.

XU BING

Background story : Peach Blossom Valley, 2020, installation sculpturale.

Les installations de Xu Bing semblent présenter de la peinture chinoise traditionnelle figurant des paysages accompagnés de calligraphies narratives. À la première impression, on pourrait penser qu’il s’agit d’une pièce historique monumentale montée sur un dispositif d’exposition avec rétroéclairage. En examinant le tout de plus près et en découvrant l’envers du décor, on constate que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être.